Limeil-Brévannes, à l’occasion des rythmes scolaires, Mme Lecoufle découvre la ville … Et ça pédale dans la semoule !

Publié le par Collectif Front de gauche

Le Front de gauche l’avait dit : la rentrée ne pouvait en aucun cas se passer dans la sérénité.

Lors des différents conseils municipaux Madame la Maire a voulu faire croire qu’elle pourrait à elle seule faire plier l’Etat. Le résultat, on l’a vu : des parents mis au pied du mur… de l’école et sans aucune explication de texte si ce n’est une manipulation médiatique rondement menée.


Mme Lecoufle prétend avoir fait des propositions d’assouplissement (horaires du matin, soir, pause du midi, mercredi et soutien financier)... Tout ceci est faux. La DASEN (Directrice académique des services de l’Education nationale), n’a jamais reçu les dites propositions. C’est au contraire à cause du silence obtus de la maire et de son adjointe à l’éducation, Mme Brun, que les enfants et la communauté éducative (parents et leurs associations, enseignants, agents municipaux, animateurs et leurs organisations syndicales respectives) ont été violemment confrontés à une rentrée désastreuse.

Comment expliquer à des enfants que leur école se retrouve cadenassée alors qu’il s’agit pour eux d’un lieu de vie et de découverte et pour leurs parents d’un lieu d’émancipation et de préparation à la citoyenneté ?


Les actes de Mme Lecoufle et de son équipe sont inadmissibles !
Non seulement elle instrumentalise les enjeux de l’école en faisant mine de découvrir les difficultés financières de la ville alors qu’elle-même et une grande majorité de son équipe étaient dans l’opposition municipale depuis au moins deux mandats et non depuis 5 mois comme elle le prétend quand elle s’adresse aux autorités de l’Etat. Elle oublie au passage d’évoquer les politiques d’austérité qui contraignent toutes les collectivités locales et pas seulement Limeil-Brévannes.

Mais en plus, ne sachant plus comment se sortir de ses propres contradictions, elle s’enferre en tordant la réalité sur les réalisations de la mandature précédente. Contrairement à ce qu’elle écrit dans sa lettre au Ministre de l’éducation nationale concernant l’école Pasteur, les infrastructures ont bien été prévues pour accueillir les enfants des nouveaux habitants. Si deux classes supplémentaires ont été ouvertes à l’école Wallon, c’est grâce à la mobilisation des parents et de leurs représentants ce jeudi 4 septembre.

Ce qui est encore plus inadmissible c’est qu’elle n’a rien entrepris pour que les répartitions des élèves dans les différentes écoles de la ville soient faites avant la rentrée et permettent ainsi l’accès égal à tous les petits Brévannais à l’école de la République. Et qu’elle annonce aujourd’hui la hausse des tarifs pour tout ce qui concerne le périscolaire.

Quel est en réalité l’objectif poursuivi par Mme Lecoufle ? Le retrait de la réforme ? Ou bien trouver un coupable pour justifier les prochaines augmentations d’impôts locaux balayant ainsi d’un revers de main toutes ses promesses de campagne…

Nous rappelons que Mme Lecoufle n’a jamais remis en cause la réforme sur les rythmes scolaires mise en place sous Nicolas Sarkozy puis par François Hollande. Nous rappelons que nous sommes les seuls à dénoncer cette réforme telle qu’elle est conçue sur la forme et sur le fond car elle attaque les fondements d’égalité qui doivent présider à l’école de la République laïque, gratuite et obligatoire pour tous.

Nous continuons à exiger un débat national à la hauteur de cet enjeu de société qui nous concerne tous notamment en nous mettant à la disposition de toutes celles et ceux qui luttent dans ce sens.

Nous ne lâchons rien !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article