Trois Femmes résistantes bannies de la ville de Limeil-Brévannes : INDIGNATION

Publié le par Collectif Front de gauche

Trois Femmes résistantes bannies de la ville de Limeil-Brévannes : INDIGNATION

Lors du conseil municipal d’hier soir la majorité de droite a osé voter une délibération pour débaptiser trois rues. Et quels noms !!!!

Il s’agit ni plus ni moins que de Olympe de Gouges, Germaine Tillion et Danielle Mitterrand.

Trois femmes de combats progressistes, qui ont marqué l'histoire de notre pays et qui servent de référence dans une époque où les fondamentaux sont attaqués de toutes parts... Je veux parler de leur combat pour la liberté, l'égalité et la fraternité.

Au moment où l’on célèbre les 70 ans du droit de vote des femmes et que l’une d’entre elles est sur le point de rentrer au Panthéon, Madame Lecoufle et son équipe se permettent de remettre en cause leur présence dans notre ville soulevant la colère d’une partie des Brévannais présents dans la salle. L’un de nos anciens, descendant de résistants, a même interpellé la droite en brandissant la carte FFI (Force Française de l’Intérieur) pour exprimer sa profonde indignation et évoquer l’importance du devoir de mémoire.

Je suis moi-même scandalisé. C‘est pourquoi j’ai exigé le retrait pur et simple de la délibération, suivi par toute la gauche municipale. Malheureusement nous avons essuyé une fin de non-recevoir.

Comme un seul homme la majorité municipale (UMP, UDI, DLR) et le Front national ont adopté cette délibération. Ce choix est intolérable et honteux. Avec mes camarades du Front de gauche, parti de gauche et parti communiste français, je considère que ce que représentent ces trois figures ne sont pas des détails de l’histoire.

Christophe Pin

conseiller municipal

Front de gauche - parti de gauche-parti communiste français

mon intervention au conseil municipal du 19 juin 2014

Commenter cet article